Cambodge : « Croûte de riz »

(Jamais, je crois, un titre de billet sur Sinogastronomie n’aura été aussi trompeur…)
Le 31 mai 2020 au soir, poussés par la gourmandise, nous sommes allés nous régaler de l’excellente raclette « à volonté » proposée par le non moins excellent restaurant phnompenhois Open Wine (rue 19, juste derrière le Palais Royal). Faisant une petite pause avant d’attaquer ma quatorzième assiettée, j’ai voulu profiter de l’air rafraîchi par une pluie salvatrice, et faire quelques pas dans le jardin qui se trouve devant le restaurant. J’ai remarqué là un arbuste orné de jolies inflorescences de fleurs rouge écarlate, de forme lancéolée, se dressant sur une longue « tige ». Avant que la fleur ne s’épanouisse, elle se présente sous la forme d’une longue aiguille. Voici l’arbuste en question (la photo est de votre serviteur) :
Renseignements pris auprès d’une Khmère amoureuse de la flore de son pays, il s’agit d’une espèce que les Cambodgiens ont dénommée « fleur croûte de riz » (ផ្កាបាយក្ដាំង [phka bay kdang]). La raison de cette appellation singulière demeure mystérieuse. L’est moins, en revanche, un autre nom khmer de la même espèce : « fleur aiguille » (ផ្កាម្ជុល [phka mchul]). Voici les aiguilles en question (j’ai emprunté la photo ci-dessous sur le site de l’Université du Connecticut) :

Flowers in the UCONN greenhouse Feb. 1, 2016. (Amy Jorgensen/UConn Photo)

Les Cambodgiens connaissent encore cette fleur sous un troisième nom, pléonastique pour le coup : ផ្កាដក់ខឹម ([phka dak khem]). Pléonastique car ដក់ខឹម [dak khem] est la transcription phonétique en khmer du nom thaï de l’espèce qui, traduit mot-à-mot, signifie « fleur aiguille ». Dès lors, stricto sensu, ផ្កាដក់ខឹម signifie « fleur fleur aiguille ».
Quelques recherches prestement menées m’ont permis de découvrir, sans grandes difficultés, que l’espèce est connue des botanistes sous le nom d’Ixora javanica. J’ai découvert à la même occasion qu’un nombre important d’espèces du genre Ixora était présent au Cambodge. A ma connaissance, cette espèce ne possède pas de nom commun en français. Les jardiniers français appellent tout simplement ces fleurs « ixora ». Peut-être pourrait l’appeler « ixora de Java » ?
I. javanica est présente sur une large aire, qui s’étend du Sri Lanka aux Philippines. L’espèce n’est pas connue en Chine, mais on y trouve d’autres espèces du même genre, qui est joliment appelé « fleur de bateau-dragon » (龙船花属 [lóngchuánhuā shǔ] – 属 [shǔ] signifie « genre » dans le sens biologique du terme).
J’ai trouvé sur le site Useful Tropical Plants quelques informations concernant notre ixora javanaise.
Les fleurs sont comestibles (ce qui m’a été confirmé par l’amie précitée), ainsi que les jeunes fruits (confirmé également). La saveur est plutôt acide. Les jeunes fleurs et les jeunes fruits sont utilisés par les Thaïs pour confectionner une soupe de légumes épicée, appelée « kaeng liang ». Mon garnement me dit par ailleurs qu’on trouve aussi ces fleurs au Lycée Descartes (le lycée français de Phnom Penh). Il m’explique que les enfants cambodgiens détachent la fleur épanouie de son réceptacle, appuient du pouce sur le stigmate pour faire ressortir le pistil à la base ; ils tirent ensuite sur le pistil jusqu’à l’extraire complètement, et se régalent de la goutte de « jus » sucré qui s’échappe de la base de la fleur.
Toujours selon Useful Tropical Plants, les extraits de la plante ont montré une activité antitumorale prometteuse. Les fleurs et les feuilles sont encore utilisées pour confectionner une infusion présentée comme une panacée.
Et, à la dernière minute, un lecteur de Khmerologie (mon blog sur le Cambodge, sur lequel la version initiale du présent billet a été publiée) me signale une recette de glace aux fraises et aux ixoras (ici, une autre espèce : Ixora chinensis). Cette recette se trouve ici. (Eric Proye, maître glacier et propriétaire de Karem, la meilleur marque de glaces du Cambodge, m’indique cependant que l’on pourrait avantageusement remplacer les blancs d’œufs indiqués dans la recette par de la crème fraîche, la matière grasse permettant de mieux capter les essences et les saveurs.)

Cet article, publié dans Cambodge, Ingrédients, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cambodge : « Croûte de riz »

  1. Marion Poumot dit :

    Bonsoir, j’habite en Nouvelle Calédonie et ici l’ixora est très répandue ! Il y en a de toutes sortes ! Et c’est très, très beau ! Bonne soirée, Marion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s