Un banquet sous les Zhou

La dynastie des Zhou (ca. 1046-256 avant l’ère commune) est la dynastie la plus longue de toute l’histoire de Chine. C’est sous cette dynastie que fut compilée la première anthologie poétique chinoise : le Livre des Odes, ou Classique de la Poésie.
Dans un billet précédent (voir ici), nous avions évoqué la description des festins de la Chine antique donnée par le père Séraphin Couvreur dans sa traduction intégrale du Livre des Odes. Parmi les poèmes sur lesquels s’est appuyé le père Couvreur pour son analyse, se trouve une pièce contenue dans la partie «  Odes mineures », qui décrit un banquet au cours duquel sont dégustés quelques poissons et des alcools de qualité. Voici le texte chinois du poème, intitulé Yuli (littéralement « beauté des poissons ») :
小雅·鱼丽
鱼丽于罶,鲿鲨。君子有酒,旨且多。
鱼丽于罶,鲂鳢。君子有酒,多且旨。
鱼丽于罶,鰋鲤。君子有酒,旨且有。
物其多矣,维其嘉矣!
物其旨矣,维其偕矣!
物其有矣,维其时矣!
La traduction de Couvreur, qui se trouve aux pages 191 et 192 de son recueil, est la suivante :
Les poissons passent dans la nasse, ce sont des chang (poissons gros et longs dont les ouïes sont jaunes) et des cha (petits poissons qui lancent le sable par la gueule). Notre hôte nous sert une liqueur exquise et abondante.
Les poissons passent dans la nasse, ce sont des brèmes et des muges (ou des tanches). Notre hôte nous sert un vin abondant et exquis.
Les poissons passent dans la nasse, ce sont des silures et des carpes. Notre hôte nous sert un vin exquis et abondant.
Les mets sont nombreux, ils sont tous excellents.
Les mets sont exquis et de toute espèce.
Les mets sont excellents, ils sont tous de la saison.
Concernant les espèces de poisson servies au banquet, l’article que Baidu consacre ici à ce poème donne les précisions suivantes :
鲿 cháng : il s’agit de l’espèce Elopichthys bambusa, appelée en chinois moderne 黄颊鱼 [huángjiáyú], littéralement « poisson à joues jaunes » et « yellowcheek » en anglais.
鲨 shā : en chinois moderne, ce caractère désigne les requins de façon générique ; la note donnée sur Baidu indique qu’il s’agit d’un petit poisson qui a la particularité de rejeter du sable par la bouche ;
鲂 fáng : en chinois moderne 鳊鱼 [biānyú], la brème de Pékin, Parabramis pekinensis, poisson plat, savoureux, qui a de petites écailles ;
鳢 lǐ : poisson du genre Channa, appelé 黑鱼 [hēiyú], « poisson noir », en chinois moderne ;
鰋 yǎn : il s’agit bien d’un silure, appelé 鲇鱼 [niányú] en chinois moderne ;
鲤 lǐ : ce caractère est encore utilisé aujourd’hui en chinois pour désigner la carpe.
Ci-dessous, des dessins de la brème de Pékin, de la carpe et du « sha », visiblement extraits d’un album japonais, non cité, et reproduits sur une page que le site Sohu consacre ici aux poissons cités dans le Livre des Odes :

Brème de Pékin (鲂)
Carpe (鲤)
Sha (鲨)
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un banquet sous les Zhou

  1. Pearson Valérie dit :

    Merci beaucoup pour vos articles. Pourquoi ne mettez-vous pas aussi le texte en 繁體字 ? En 簡體字, les caractères sont appauvris, décharnés. A vous lire.

  2. pascalkh dit :

    Bonjour,
    Je ne suis pas posé la question.
    Sans doute est-ce parce que l’article de Baidu est en simplifiés, et j’ai tout simplement copié-collé le texte à partir de Baidu…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s