Littérature : Chasse au rat sous les Khmers rouges

Heng Sokphanna a dû, comme tous les Phnompenhois, quitter la capitale cambodgienne lors de l’arrivée des Khmers rouges en avril 1975, pour se rendre à la campagne et travailler avec les paysans. Pendant le régime utopique de Pol Pot, elle a perdu son mari et ses enfants. Bien des années après, elle a couché sur le papier ses souvenirs de cette période noire, et en a fait un livre intitulé Ton Ombre (ស្រមោលបង) (le titre anglais est The Shadow Of My Husband), couronné en 2001 par un prix décerné conjointement par l’Association des écrivains khmers et le Centre de documentation du Cambodge.
Dans ce livre, la faim et la recherche de nourriture sont des thèmes omniprésents. Je traduis ci-dessous la page consacrée à une chasse bien particulière qui avait cours à l’époque : celle du rat de rizière.
Dans ce village, les rats constituaient pour nous un mets de choix. Vers le milieu de la journée, à l’occasion de la pause, nous nous rendions, houe sur l’épaule, dans les rizières moissonnées, à la recherche des terriers de rats. L’entrée de ces terriers était si petite que seul un enfant pouvait y introduire la main. Nous repérions les trous, et regardions s’ils comportaient ou non des poils blancs ; il fallait voir aussi s’il n’y avait pas à proximité un orifice d’aération de la tanière, car il y avait un risque, lorsque nous creusions le terrier, de voir le rat s’échapper. Il fallait alors être rapide comme l’éclair pour tuer l’animal qui s’échappait à toute vitesse. Pour ma part, je n’ai jamais réussi à attraper de rat, car l’animal était trop rapide pour moi, mais les jeunes qui me laissaient aller avec eux m’en donnaient toujours deux ou trois. À cette époque, le rat grillé nous semblait un délice incomparable, meilleur même que du porc laqué. Mon mari a fréquemment été soumis à des corvées de terrassement car il aller chasser le rat en cachette, et rechignait à aller travailler. À cette époque-là, nombreux furent ceux qui disparurent, à cause de ces parties de chasse au rongeur.
Ci-dessous, la couverture de mon exemplaire du livre de Heng Sokphanna (publié en 2008 aux Éditions Angkor ; ISBN : 978-99950-59-82-8)
heng-sokphanna-sramol-bang_small

Publicités
Cet article, publié dans Cambodge, Littérature et gastronomie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Littérature : Chasse au rat sous les Khmers rouges

  1. Peter dit :

    Bonjour Pascal!

    Bonne Année à toi et tous tes supporters!
    Je voulais juste relater l’expérience que j’ai vécue en juin 2016 au Cambodge. Parti avec 2 amis Sino-Cambodgiens,nous avons eu le bonheur d’être reçu par des gens de condition très modeste vivant au bord de la rivière Bassac qui est un bras du Mékong au sud-est de Phnom Penh.
    C’est là que j’ai eu l’occasion de manger du rat des rizières et ce pour mon plus grand plaisir! c’est un véritable régal! J’ai bien dû en manger 4!
    Ces rats sont écartelés sur 3 baguettes, laqués et grillés. Le goût est d’une grande finesse.
    Le tout accompagné de riz blanc. En dessert, les fruits de saison.
    Je recommande à tout le monde.

    Voilà! continue à nous faire profiter de ta passion culinaire asiatique!

    Peter

    • pascalkh dit :

      Bonjour Peter,
      J’ai lu il y a trois ou quatre ans un article sur le rat grille dans un village près de Battambang, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller goûter à ce délice.
      Les Vietnamiens semblent aussi être friands de ce plat ; des Cambodgiens achètent des rats vivants un peu partout au Cambodge, et les exportent au Vietnam.
      Pascal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s