Musang King Durian : pour les fans de durion

Face au durion (en chinois 榴莲 [liúlián]), il n’y pas d’attitude mitigée : on aime ou on déteste. La détestation est si forte chez certains que le durion est interdit de transport aérien et ferroviaire, et que les amateurs de ce fruit savoureux qui, en voyage, auraient la malencontreuse idée de placer des baies de ce fruit dans le réfrigérateur de leur chambre d’hôtel s’expose à la vindicte des hôteliers qui hésitent à peine à les ostraciser… Il faut dire que ce fruit dégage un parfum si pénétrant qu’il imprègne une odeur forte, de laquelle on ne se débarrasse que fort difficilement.
Je fais partie des amateurs de ce fruit, et ma préférence va sans conteste à la variété « roi de la montagne aux chats » (猫山王 [māoshānwáng]), qui est avec le « roi-sultan » (苏丹王 [sūdānwáng]), l’une des variétés les plus goûtées des connaisseurs (la variété la meilleure, la plus rare et la plus chère serait cependant le « phénix d’or » : 金凤 [jīnfèng], que je n’ai jamais eu l’occasion de goûter). J’avais consacré ici un billet sommaire à ce que l’on n’hésite pas à appeler le « roi des fruits ».
C’est dès lors avec un réel plaisir anticipé que j’ai découvert, en explorant le centre commercial proche de mes bureaux à Suzhou, l’enseigne d’un établissement appelé Maoshanwang (猫山王) en chinois, transcrit en anglais sous la forme « Musang King Durian ». Il s’agit en réalité d’une enseigne d’origine malaise, qui est exploitée en Chine dans plusieurs villes (Beijing, Dalian, Shanghai, Suzhou, Nanjing, etc.). Les pâtisseries de cette enseigne se consacrent corps et âme au durion, sous les formes les plus diverses et les plus inattendues.
Le fin connaisseur pourra y goûter à la matière brute, puisque ces établissements vendent les deux variétés « roi de la montagne au chat » et « roi-sultan », soit sous forme de fruits entiers, à emporter et à déguster dans l’intimité familiale, soit sous forme de boules de chair à consommer sur place dans de petits bols.
Mais les pâtisseries de l’enseigne Musang King ne s’arrêtent pas là, puisqu’elles proposent une foultitude de produits transformés à base de durion : gâteaux à la crème, rouleaux à la crème, crèmes glacées, puddings et autres flans, tiramisus, cheesecakes, viennoiseries, tartelettes, choux, boulettes sucrées frites, mousses, desserts au tapioca, soufflés, pizzas et même sandwichs, tous parfumés plus ou moins intensément au durion.
Si vous passez en Chine et si le durion vous fait envier, un arrêt dans l’une de ces pâtisseries me paraît tout à fait indiqué.
Ci-dessous, une image qui présente quelques vues de différents restaurants de la chaîne (cette photo vient de leur site web, ici, sur lequel vous pourrez trouver des informations complémentaires… si vous lisez le chinois).
maoshanwang

Advertisements
Cet article, publié dans Chine, Restos, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s