Les wontons du paradis

À Suzhou, j’avais rendez-vous ce matin à mon agence bancaire pour accomplir quelques formalités aussi ennuyeuses qu’indispensables. L’attente fut longue, et un creux sournois se forma formé subrepticement dans un tréfonds de mon délicat estomac. Formalités accomplies, je me dirigeai d’un pas alerte vers ma prochaine destination : la grande librairie Xinhua de la célèbre « rue devant le temple taoïste » (Guanqianjie) : lors de ma dernière visite, j’avais repéré un ouvrage consacré aux « huit fées des eaux », ces légumes aquatiques qui ont la faveur des autochtones (nous en reparlerons).
Marchant sur le trottoir oriental de la rue Lindu, mon regard fut attiré devant un sac grossier duquel émergeaient des branches dont la nature m’était inconnue. La vendeuse, une paysanne de la Montagne de l’Est, m’expliqua qu’il s’agissait de « fleurs de néfliers ». Malgré mes difficultés à comprendre son accent, je parvins finalement à savoir l’usage qu’on faisait desdites fleurs (nous en toucherons deux mots à l’occasion), et en acquit une bonne livre. Cela fait, je levai les yeux et me rendis compte que je me trouvais par le plus grand des hasards devant l’entrée d’un petit établissement de restaurant rapide que je fréquente assez souvent lorsque je suis dans ce quartier : les « Wontons du peuplier vert » (Lüyang hundun), connu pour ses wontons, mais aussi pour ses « petits pains de claie à la chair de crabe » (dont j’aurai l’occasion de parler), et quelques autres spécialités autochtones. Le creux de mon estomac se rappelant à moi, j’entrai, passai commande et payai au comptoir, avant d’aller me présenter au guichet idoine donnant directement sur la cuisine, pour récupérer mon bol de wontons au bouillon, que voici :
wonton_luyang_smallMes wontons avalés, et mon creux partiellement comblé, je me levai pour poursuivre mon chemin, et c’est là que je vis, accrochée au mur au fond de la salle, une calligraphie à laquelle je n’avais jamais vraiment prêté attention par le passé. La voici :
tiantang hundun_smallIl est d’usage que des calligraphes plus ou moins renommés soient mis à contribution par les restaurateurs pour se fendre d’une composition vantant les mérites de la pitance des lieux. Le propriétaire de l’établissement fait alors encadrer l’œuvre, et la place fièrement dans un endroit visible de la salle. Je n’ai pas réussi à identifier le nom de l’artiste, mais le texte de la calligraphie est plus que dithyrambique, puisqu’il ne dit rien moins que « Les wontons du paradis » ! (Ici, le texte se lit de droite à gauche.)
Cette appellation à première vue pompeuse mérite une petite explication de texte : d’après un vieil adage (上有天堂,下有苏杭 [shàngyǒu tiāntáng, xiàyǒu sūháng : Au Ciel, il y a le paradis, et sur terrer, il y a Suzhou et Hangzhou), pour les Chinois, Suzhou est, avec Hangzhou, le paradis sur terre. Qualifier les wontons de Suzhou de « wontons du paradis » n’est donc pas exagéré, finalement…

Advertisements
Cet article, publié dans Chine, Cuisine chinoise, Suzhou, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les wontons du paradis

  1. 高如玉 dit :

    J’aimerais bien trouver des 天堂云吞 dans le Chinatown de Montréal,j’ai un petit creux moi aussi après avoir vu votre photo de wontons!

  2. chris 06 dit :

    Une fois de plus, je salive en te lisant.
    Par contre, j’apprends que la lecture s’effectue de droite à gauche.Merci et bien amicalement

    • pascalkh dit :

      Normalement, aujourd’hui en Chine, les textes se lisent de gauche à droite.
      Traditionnellement, le chinois s’écrivait de haut en bas et de droite à gauche (et la plupart des ouvrages publiés aujourd’hui à Taiwan ou à Hong-Kong conservent cette présentation).
      Pour les calligraphies, on privilégie plutôt l’écriture de droite à gauche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s