Pour le plaisir : Soupe parfumée au jicama (សម្លប្រហើរប៉ិកគុក)

Je vous propose de découvrir aujourd’hui une nouvelle application du jicama, dans une soupe khmère.
Parmi les soupes khmères les plus populaires, on en trouve une appelée « soupe parfumée aux pousses de bambou » (en khmer សម្លប្រហើរទំពាំង), dont l’ingrédient principal est en fait du poisson d’eau désarêté et débité en tranches (j’ai dégusté un bol particulièrement réussi de cette soupe au restaurant Kravanh de Phnom-Penh, dont il faudra décidément que je vous parle, je veux parler à la fois de la soupe et du restaurant !).
Je disais dans mon billet consacré au jicama je disais que ce tubercule, notamment en raison de sa texture croquante, pouvait remplacer avantageusement la pousse de bambou. C’est justement le cas dans la « soupe parfumée au jicama » (សម្លប្រហើរប៉ិកគុក), qui est pratiquement identique à la version classique évoquée ci-dessus.
Cette soupe, qu’elle soit aux pousses de bambou ou au jicama, se distingue par la finesse de ses arômes, notamment grâce à la présence de feuilles de katuk (Sauropus androgynus, en khmer ងប់, dont je reparlerai dans un prochain billet).
Saroeung, notre admirable cuisinière, débita l’un des tubercules de jicama que j’avais ramenés de Kratié en très fines lamelles pour concocter une soupe parfumée au jicama que nous dévorâmes sans nous forcer le 3 mars 2015 pour le déjeuner. Voici le bol de soupe :
soupe_jicama

Publicités
Cet article, publié dans Cuisine cambodgienne, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s