Ingrédients : Rohdée du Japon (万年青)

Parmi les entrées froides parfois proposées sur les cartes des restaurants de Chine se trouve un légume porteur d’un joli nom en chinois : 万年青 [wànniánqīng], littéralement « vert pendant dix-mille ans ».
Cette entrée froide se présente sous la forme de petits filaments d’un vert vif, à la texture croquante, le plus souvent simplement accommodés au sel et parfumés avec filet d’huile de sésame.
Lors de mon récent séjour en Chine, l’hyper près de chez moi vendait la version déshydratée de ce légume, au prix somme doute modique d’environ 6€ le kilogramme.
Renseignement pris, il s’agit des feuilles déshydratées d’un végétal plus connu sous nos latitudes pour ses qualités décoratives que gustatives : la rohdée du Japon (Rohdea japonica), appelée en anglais « Nippon lily » (lys japonais) ou « sacred lily » (lys sacré).
Les feuilles de ce végétal sont sempervirentes, et c’est probablement de là que vient le nom chinois. A l’état naturel, elles ont une forme lancéolée, et sont longues de 15 à 50 cm et larges de 2,5 à 7 (pour une description plus complète de la plante, voir l’article en anglais de Wikipedia, ici).
Avant d’être utilisé en gastronomie, ce végétal était utilisé en médecine chinoise traditionnelle, qui se sert soit du rhizome, soit de la plante entière. Selon la médecine chinoise, cette plante pourrait « dissiper la chaleur et détoxifier », « renforcer le cœur et faciliter la miction ». Il faut savoir cependant que la sève de la plante serait toxique : elle causerait des irritations cutanées au moindre contact. C’est sans doute la raison pour laquelle sa consommation est inconnue en Occident.
On consomme donc les feuilles déshydratées. Avant préparation, il est donc nécessaire de les réhydrater à l’eau tiède, pendant au moins une heure. Avant de préparer son plat, on presse un peu les feuilles réhydratées pour éliminer l’excès d’eau.
Ce qui est intéressant dans ce légume, qui par lui-même est plutôt insipide, c’est surtout sa texture croquante, et sa belle couleur verte.
Je n’ai jamais vu la rohdée du Japon proposée autrement qu’en entrée froide, mais il paraît qu’elle peut aussi entrer dans la composition de soupes. J’ai fait deux essais de préparation en plat sauté, mais le résultat est assez décevant.
Ci-dessous, une assiette de feuilles réhydratées de rohdée du Japon, prêtes à être agrémentées.
(Pour en savoir beaucoup plus sur Rohdea japonica, vous pouvez aussi consulter ici l’article en chinois que lui consacre Baidu,)
wannianqing

Publicités
Cet article, publié dans Chine, Cuisine chinoise, Ingrédients, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ingrédients : Rohdée du Japon (万年青)

  1. Sylvie dit :

    Merci pour cet article sur la Rohdée du Japon. J’avais goûté cette plante en Chine sans savoir ce que c’était.
    je viens de faire les différents magasins asiatiques de Marseille à sa recherche. Mais peine perdue. je n’ai rien trouvé. je vais continuer mes recherches. Peut-être pourrais-je en acheter sur le web.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s