Pour le plaisir : Dim-sums de mai à Phnom Penh

Comme c’est souvent le cas le dimanche lorsque nous sommes dans la capitale cambodgienne, nous sommes allés déjeuner hier (5 mai 2013) dans notre restaurant cantonais préféré à Phnom-Penh : Yi Sang, à l’Almond Hotel.
En plus des habituels riz sauté, aubergines à la sichuanaise et gorge de porc rôtie au miel, nous avons voulu goûter aux dim-sums du mois. Quatre étaient à la carte, mais il n’en restait plus que trois en cuisine, les voici :
Beignets de rhizome de lotus (酥炸莲藕饼 [sūzhà lián’ǒubǐng]) : Il s’agit de deux fines tranches de rhizome de lotus entre lesquelles est intercalée une farce à base de crevette. Le tout est enrobé d’un appareil à friture. La texture est résolument croquante. À tremper volontiers, avec modération, dans une sauce pimentée. Je pense que le cuisinier s’est inspiré ici d’un mets assez proche de la région de Suzhou, la seule différence importante est que, dans la version suzhoulaise, la farce a pour ingrédient principal de la viande de porc hachée.

beignets_lotus_01 beignets_lotus_02

Raviolis croquants à la pâte d’arachide (脆皮花生饺 [cuìpí huāshēngjiǎo]) : Ce dimsum n’a de ravioli que la forme. L’enveloppe a en effet réalisée avec une pâte à base de farine de riz glutineux. L’intérieur est garni d’une farce d’arachides, qui fait de loin penser au beurre de cacahuète, mais en plus doux et en moins gras. Ce dimsum est résolument partie de la famille de dimsums sucrés.

beignet_arachides_01 beignet_arachides_02
Raviolis frais et doux à la chair blanche (鲜甜白肉饺 [xiāntián báiròujiǎo]) : Il s’agit ici d’un dimsum assez classique, finalement : peau translucide réalisée à partir de farine de riz, farce à la crevette hachée et agrémentée de châtaignes d’eau hachées également. Là aussi, le recours à la sauce pimentée est souhaitable.

raviolis_crevette
Le quatrième dimsum, présent sur la carte mais absent en cuisine, est un classique de la cuisine hongkongaise : beignets chinois et pâte de riz (炸两 [zhàliǎng]), que Sinogastronomie avait déjà présenté en septembre 2012 (voir ici). C’est donc sans regrets excessifs que je m’en suis passé. (Pour info, chacune des portions de trois dim-sums était vendu au prix de 2,80 dollars US – 2,13 euros au cours d’aujourd’hui.)

Publicités
Cet article, publié dans Chine, Cuisine chinoise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s