Restos : Kimly Seafood Restaurant, Kep, Cambodge

Je rentre aujourd’hui même 18 septembre 2012 d’une escapade de quatre jours qui fut bien plus gastronomique que touristique, dans une petite ville du sud-est du Cambodge, à la distance d’un jet de pierre de la frontière vietnamienne. Cette ville fut, à l’époque coloniale, la station balnéaire de prédilection des Français du Cambodge. (Les Français s’y rendent toujours, mais désormais, les touristes des autres pays occidentaux sont en majorité, et les représentants de la bourgeoisie khmère sont nombreux également.) Je veux parler de Kep (កែប en khmer, connue sous le nom de Kep-sur-Mer par les coloniaux de la belle époque, et appelée Kaeb par les linguistes sourcilleux). Pour en savoir plus sur le lieu, je vous invite à lire ici l’article de Wikipedia.
Si l’on en croit mes papilles aguerries à la cuisine locale, le séjour fut une réussite totale, si bien que j’ai bien peur de devoir m’attarder un peu sur les délices autochtones pendant les jours qui viennent. Situons d’abord les lieux de mes exploits : littoral cambodgien, Golfe de Siam (ou de Thaïlande, si vous préférez), à environ 130 kilomètres au sud de Phnom Penh, ce qui fait quatre bonnes heures de conduite dans la campagne cambodgienne.
Pour les gourmands, Kep est bien sûr connue pour ses fruits de mer, en particulier pour ses crabes (des étrilles bleues, que Sinogastronomie a déjà présentées ici). Et quel meilleur lieu pour déguster ces crustacés que le fameux marché aux crabes de Kep ! Ça tombe bien, c’est justement là que se trouve le « Kimly Seafood Restaurant », qui fait l’objet de ce billet.
Pour trouver l’établissement, rien de bien compliqué : en arrivant de Phnom Penh, au rond-point qui marque l’entrée de Kep, avec sa magnifique statue de Vishnu (divinité de la mythologie hindoue, vous la reconnaîtrez à ses multiples bras), prenez à droite. Au bout d’une cinquantaine de mètres, vous arrivez sur le marché au crabe. Longez la suite d’établissements qui s’alignent à gauche du marché, presque jusqu’au bout, et vous trouverez Kimly.
La carte, bi/trilingue (khmer, anglais, et parfois français) selon le plat, vous donne un aperçu à peu près exhaustif de tous les modes de préparation des ingrédients locaux : crabe, bien sûr, mais aussi crevette, calmar, raie, requin, poisson, plus volaille, légumes, riz blanc ou sauté. Que vous aimiez les bestioles sautées, frites, grillées, en « amok » (curry sec cambodgien), cuites à la vapeur ou en soupe, vous n’avez que l’embarras du choix. Et croyez-moi, l’embarras sera grand, car pour goûter à tout, il vous faudra un temps certain… ou plusieurs séjours.
Ajoutez à cela que souvent, à l’entrée du restaurant, se trouvent, négligemment posés dans des bassines d’eau de mer, quelques coquillages « du jour », absents de la carte. J’ai eu ainsi l’excellente inspiration de commander un plat de bivalves appelés « krom » en khmer (que je n’ai pas réussi encore à identifier), qui nous furent préparés sautés avec une sauce au tamarin mûr (donc non amer) : je ne manquerai pas de me pencher plus longuement sur cette assiettée mémorable à l’occasion d’un billet prochain de ce blog.
Le service est souriant et chaleureux (mais ça, c’est la règle au Cambodge) et si les prix sont un peu plus élevés que dans les établissements voisins, ils restent très raisonnables : si vous arrivez à dépenser dix dollars par personne, boissons et riz compris, c’est que vous aurez fait un festin pantagruélique.
Voici la carte de visite, recto-verso, de l’établissement :

Advertisements
Cet article, publié dans Cambodge, Cuisine cambodgienne, Restos, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Restos : Kimly Seafood Restaurant, Kep, Cambodge

  1. Ping : Pour le plaisir : Moules cambodgiennes sautées au tamarin mûr (គ្រំឆាអំពិលទុំ) | Sinogastronomie

  2. Ping : Pour le plaisir : Moules cambodgiennes sautées au tamarin mûr (គ្រំឆាអំពិលទុំ) | Cuisinside

  3. Patrice dit :

    OUI!!!
    J’ai mangé dans ce restaurant, l’avant dernier sur la ligne de mer, ils vont te chercher les crabes frais qui sont dans des nacelles dans la mer en face. Une cuisine raffiné, copieuse servi par une équipe sympatique. A ne pas manquer si vous passez par Kep.

  4. Ping : Tourisme : Kep : crabe et farniente | Khmerologie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s