Restos (28) : Hay Hay, Hong-Kong

En me préparant à rédiger ce billet, je me demandais de quelle comparaison je pourrais user pour faire mieux appréhender le concept au lecteur égaré sur Sinogastronomie qui ne connaîtrait rien à la cuisine cantonaise. La seule équivalence qui me vient à l’esprit est de la « brasserie du coin » : petit restaurant aux prix ajustés, sans prétentions stellaires, mais toujours prêt à accueillir l’affamé avec des plats simples du terroir, goûteux à souhait.
Oui, tout compte fait, cette définition correspond assez bien au restaurant « Hay Hay Roasted Meat Restaurant » (en chinois 喜喜燒臘茶餐廳). Quand j’y pense, je me dis que j’ai eu une chance inouïe lorsque j’ai réservé mon hôtel à Hong-Kong ! J’étais encerclé de joyaux de la gastronomie locale… (En réalité, il est bien connu que l’on mange généralement très bien à Hong-Kong, dans quelque quartier que l’on se trouve).
La vitrine du Hay Hay est celle qu’offrent à la vue des affamés tous les restaurants cantonais populaire qui se sont donnés pour mission de rôtir porcs, porcelets, canards, oies et poulets : derrière une baie vitrée donnant directement sur la cuisine, sur des tiges métalliques horizontalement placées, sont suspendus des crochets métalliques, eux-mêmes porteurs les uns de carrés de porc laqué à la peau croustillantes, d’autres de canards rôtis à la peau foncée et au cou tordu, quelques autres de poulets à la peau jaune, d’autres encore de travers de porc dont on devine à la vue que le cuisinier les a généreusement enduits d’une sauce miellée avant cuisson… Voilà un spectacle qui réjouit la vue, flatte l’odorat imaginaire (évidemment, la vitrine empêche les effluves d’atteindre les narines du spectateur), fait travailler par anticipation les glandes salivaires, et stimule follement l’imagination !
Ne vous attendez pas en entrant chez Hay Hay à trouver des serveurs en queue-de-pie et polyglottes. C’est à peine si la langue de Shakespeare est baragouinée ! La langue officielle de la Chine, le mandarin, est comprise mais massacrée, mais qu’importe : la carte, elle est à peu près bilingue. Et si vous ne comprenez pas tout ce qui est écrit en anglais, ne maudissez pas immédiatement votre professeur d’anglais : le rédacteur de ladite carte n’est visiblement pas un linguiste émérite.
De même, le décor est assez baroque (si vous lisez le chinois, veillez bien à jeter un coup d’œil aux plats de saison détaillés sur les ardoises), les tables démunies de nappes… Mais que cela ne vous arrête surtout pas !
Si vous êtes totalement hermétique à l’anglais de la carte, jetez un regard furtif sur les tables alentour et désignez du doigt le plat qui vous semble appétissant. Au pire, imprimez les photos des crevettes à l’aigre-douce (ici) et du riz au porc rôti (ici) pour les montrer à la personne qui prendra votre commande.
Hay Hay est dans le quartier Wanchai, sur l’île de Hong-Kong, à distance de marche de la station de métro Wanchai. Le restaurant est ouvert 24 heures sur 24.

Publicités
Cet article, publié dans Hong Kong, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s