Pour le plaisir (81) : Haricots verts à la sichuanaise (干煸四季豆) – avatar hongkongais

Ce plat fut l’un des trois (oui, c’est beaucoup trop pour une personne seule, je sais) que je choisis sur la carte du restaurant Chung Kee pour mon déjeuner hongkongais du 2 mai 2012.
Les haricots verts à la sichuanaise (en dit en chinois 干煸四季豆 gānbiān sìjìdòu, littéralement « haricots verts frits dans l’huile jusqu’à en être asséchés ») sont un plat commun dans la province centrale chinois du Sichuan. La technique de cuisson appelée en chinois « gānbiān » (干煸, littéralement « frire dans l’huile jusqu’à assécher ») est assez typique de la cuisine de cette région.
De cette région également vient ce que nous appelons « poivre du Sichuan » (花椒 huājiāo, ou 川椒 chuānjiāo, en latin Zanthoxylum piperitum). Il entre en général dans la composition du plat que nous présentons aujourd’hui. Notons encore que ce mets implique normalement l’utilisation concomitante d’ail haché, de piments secs et de porc haché.
Cependant, et c’est pourquoi j’affuble cette version du plat du qualificatif d’« avatar hongkongais », le chef de Chung Kee a visiblement adapté sa cuisine au goût hongkongais qui fait une large place à la saveur sucrée, et laisse volontiers de côté la chaleur du piment et du xanthoxyle. Dans cette version des haricots à la sichuanaise, on ne retrouve au final que le légume, l’ail, le porc haché et la technique de cuisson. Point de cette chaleur caractéristique du rude pays de montagne qu’est le Sichuan. D’aucuns pourront le regretter, mais ceux qui rechignent à se brûler la cavité buccale à l’ardeur des épices sichuanaises applaudiront à deux mains !

Publicités
Cet article, publié dans Cuisine chinoise, Hong Kong, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pour le plaisir (81) : Haricots verts à la sichuanaise (干煸四季豆) – avatar hongkongais

  1. Mik@ dit :

    Bonjour, miam et merci pour ces gourmands billets venus d’Asie ! Je les suis avec délectation de puis plusieurs semaine, et je salive devant mon écran. Il faut d’ailleurs que je pense à me procurer un clavier étanche. J’aimerais bcp tenter cette recette pour épater mon épouse (cantonaise), mais je ne saisis pas trop d’où vient le côté sucré de cette version hongkongaise. Comment me conseilleriez vous de procéder ?

    • pascalkh dit :

      Merci pour votre commentaire élogieux ! J’espère que vous aurez à changer de clavier souvent 🙂
      Le goût sucré dans les plats chinois vient soit du sucre, tout simplement, soit du miel, par exemple dans le cas du porc laqué.
      En l’occurrence, dans ce plats de haricots verts, je pense que le cuisinier a simplement ajouté du sucre en poudre, probablement lorsqu’il a fait sauter le porc haché.
      Mais ce qui est important, c’est surtout la cuisson des haricots : ils doivent être frits dans l’huile et cuits « à moitié », me dit une encyclopédie chinoise en ligne.
      Dites-moi ce que ça donne, si jamais vous préparez ce plat !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s