Pour le plaisir (46) : Roti birman

Ma première rencontre avec la cuisine birmane s’est faite tout récemment au restaurant Irrawaddi, situé au n°24 de la rue 334 à Phnom Penh, quartier Beung Keng Kang, entre les rues 51 et 57. Ma connaissance de la cuisine birmane donnant une idée assez exacte du zéro absolu, j’ai laissé la patronne guider mes pas. Quelques épisodes de notre série « Pour le plaisir » vont donc être consacrés à la cuisine du Myanmar.
La première question qui me fut posée par la patronne fut de savoir si je préférais du riz, ou du roti. Déduisant que le roti en question était un pendant au riz, et non une pièce de viande cuite au four comme semblait le suggérer la phonétique du mot, et n’ayant pas la moindre idée de ce que cela pouvait être, je me jetai à l’eau.
Il s’agit en fait d’une galette de farine de blé, contenant dans sa recette une quantité d’huile non négligeable, cuite sur une plaque. Agrémentée de la sauce du curry de poulet aux pois cassés que j’ai eu l’occasion de goûter au cours du même repas, ladite galette s’est révélée tout à fait adaptée. Seul petit regret peut-être : qu’elle ait été seule. Sa sœur jumelle aurait été la bienvenue lors de ce déjeuner. Prix : seulement 1 dollar.
Voulant en savoir plus sur le roti, son histoire, sa composition, je me suis mis en quête de la bête par l’entremise de mon moteur de recherche favori, pour découvrir au final qu’il s’agit d’une galette d’origine indienne (ce qui, en raison de la proximité géographique du Myanmar et de l’Inde, n’est finalement pas étonnant), appelée aussi « Indian flat bred », littéralement « pain indien plat »). J’en ai même trouvé une recette, en anglais, que vous pourrez découvrir ici.
La photo qui illustre le présent billet a été prise par votre serviteur à l’occasion du déjeuner susmentionné.

Cet article, publié dans Cuisine birmane, Restos, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pour le plaisir (46) : Roti birman

  1. Catherine dit :

    Ha les roti! Le matin en Malaisie, c’était le petit déjeuner idéal, préparé dans la rue, soit garni d’une échalotes émincée, soit d’un oeuf battu. Fait à la minute et arrosé d’une bonne louche de sauce de curry épicé, c’est un très bon souvenir, merci de me l’avoir remis en papilles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s