Ingrédients (18) : Feuilles de patate douce (地瓜叶)

Lors d’un séjour récent à Taïwan, je redécouvre un légume qui fait partie de mes préférés : les feuilles de patates douces (en chinois 地瓜叶 dìguāyè) (la patate douce dont il est question ici est Ipomea batatas).
Ce légume typique de la gastronomie taïwanaise, aujourd’hui à la mode, avait il y a encore quelques années bien mauvaise réputation, car les feuilles de patates douces étaient par le passé utilisées pour nourrir les cochons… et les pauvres qui n’avaient pas les moyens de s’offrir des légumes plus « nobles ». Mais il figure aujourd’hui en excellente place sur les cartes des restaurants de Taipei servant de la cuisine taïwanaise.
En effet, ces petites feuilles sont excellentes. Leur texture très « glissante » leur permet de fondre dans la bouche. Elles opposent peu de résistance à l’action des dents, mais conservent tout de même un croquant des plus agréables. Elles sont en général dégustées sautées à l’ail haché, ou tout simplement cuites à l’eau et parfumées d’un filet de sauce de soja claire. Elles peuvent également être utilisées dans des soupes.
La patate douce est originaire d’Amérique tropicale. Elle a été introduite en Chine au début de l’époque des Ming (XIV~XVème siècle de notre ère), par l’intermédiaire des Philippines.
La feuille de la patate douce a été classée par la FAO parmi l’un des dix principaux légumes antioxydants d’Asie. Au Japon et aux États-Unis, elle serait même qualifiée « d’aliment de longévité ».
Elle contient plus de protéines, de béta-carotène, de calcium, de phosphore, de fer ou de vitamine C qu’un légume tel que l’épinard, dont elle n’a pas le goût parfois un peu acerbe ! Les feuilles de patate douce sont également riches en fibres et aideraient en outre à lutter contre le cancer des intestins. Elles sont également pauvres en calories.
Si vous en avez l’occasion, je vous invite donc chaleureusement à ne pas hésiter et à vous régaler !
(Les informations ayant servi à la rédaction du présent billet viennent principalement d’un article du journal taïwanais Liberty Times, que l’on pourra lire en chinois ici. La photo vient quant à elle d’ici.)

Publicités
Cet article, publié dans Cuisine chinoise, Ingrédients, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Ingrédients (18) : Feuilles de patate douce (地瓜叶)

  1. Ping : Pour le plaisir : Feuilles de patate douce sautées à l’ail (蒜味地瓜葉) | Sinogastronomie

  2. mr kely dit :

    Svp ou on peut en trouver en france. Merci

    • pascalkh dit :

      Je ne puis malheureusement pas vous aider, car je ne vis pas en France.
      Mais à mon avis, la patate douce n’étant pas à ma connaissance cultivée en France, je pense que ça doit être assez difficile à trouver.

    • ashoka75 dit :

      eureka : j’ai trouvé la « bête » dans les magasins africains du quartier de chateau rouge à paris avec d’autres légumes feuilles (attention aux noms qui diffèrent selon les dialectes et sachant que les vendeurs quasi tous chinois ne connaissent rien à ce qu’ils vendent : demander aux clientes pour les reconnaitre) : pondu ou saka saka(manioc), bissap, bitekuteku (amarante) , fumbwa ou koko

  3. Eskape dit :

    la patate douce est cultivée dans le sud de la france. on peut aussi la faire pousser au nord, mais il n’y aura pas développement de tubercule. si c’est pour consommer les feuilles, pas de problème.

    c’est vraiment pas compliqué de faire germer une patate douce, personnellement ça s’est fait tout seul en oubliant la tubercule dans un coin de la cuisine (je crois qu’il est possible d’hâter en la trempant à moitié dans l’eau) . après il suffit de la planter au jardin ou dans un gros pot. ça pousse très vite, et sans soin particulier.

    • pascalkh dit :

      Merci beaucoup pour ces infos.
      J’ignorais que l’on trouvait des feuilles de patate douce en France, mais j’avais remarqué un intérêt particulier des lecteurs de Sinogastronomie pour ce légume. Je comprends mieux maintenant.
      Renseignements pris, les feuilles de patate douce sont également connues en Chine continentale (elles servent essentiellement à nourrir les cochons) et au Cambodge (où elles servent aussi à nourrir les cochons, mais sont parfois également utilisées dans des soupes ou en légumes d’accompagnement).
      Je vais creuser le sujet et voir si je peux mettre en ligne quelques recettes ou descriptifs.
      Pascal

  4. chris 06 dit :

    Je cuisine un peu ce tubercule,mais j’ignorais totalement que les feuilles étaient
    comestibles. Malheureusement, je ne trouve que la variété orangée( la plus sucrée), et pas la blanche. Si j’ai le bonheur . Merci Pascal

    • pascalkh dit :

      Il faudrait essayer avec les feuilles de feuilles de patate douce orange. On peut apparemment faire facilement pousser les feuilles en laisser le tubercule germer dans un coin de sa cuisine.

  5. pipou dit :

    Bonjour, est il vrai que récemment les feuilles de patates douces constituaient un ingrédient « à la mode » sur les tables des restaurants japonais ou de Hong kong ou est ce une légende taiwanaise ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s